vendredi 10 janvier 2014

Principes de la gestion du réseau alimentaire vivant du sol

J'ai traduis et parfois adapté pour vous ces principes (ou règles) très utiles proposées par Jeff Lowenfels et Wayne Lewis dans l'excellent livre "Teaming with Microbes (Revised Edition)". Elles vous aideront à mieux comprendre les mécanismes qui rendent le sol vivant si fertile et à en prendre avantage en posant les bonnes actions. Je vous recommande le livre pour aller plus en profondeur dans le sujet.
  1. Certaines plantes préfèrent les sols dominés par les champignons, d'autres préfèrent les sols dominés par les bactéries.
  2. La plupart des légumes, des herbes et  des annuelles préfèrent l'azote sous forme de nitrate et poussent mieux dans les sols dominés par les bactéries .
  3. La plupart des vivaces, des arbustes et des arbres préfèrent leur azote sous forme d'ammonium et poussent mieux dans les sols où dominent les champignons.
  4. Le compost peut être utilisé pour apporter plus de vie au sol en l'inoculant de microorganismes bénéfiques. Il nous permet d'introduire, d'entretenir ou de modifier le réseau alimentaire du sol à un endroit particulier.
  5. L'ajout de compost de bonne qualité à la surface du sol permet d'inoculer la terre avec le même réseau alimentaire vivant contenu dans le compost.
  6. Les matières organiques brunes et séchées (carbonée) soutiennent les champignons tandis que les matières vertes et fraiches (azotée) soutiennent les bactéries .
  7. Le paillis posé sur la surface a tendance à soutenir les champignons et le paillis enfoui dans le sol a tendance à soutenir les bactéries.
  8. Si vous déchiquetez le paillis en tout petit morceau et le  gardez humide, cela accélère la colonisation bactérienne.
  9. Le paillis sec et en gros morceaux soutient l'activité fongique.
  10. Les sucres aident les bactéries à se multiplier et à croitre alors que le varech, les acides humiques et fulviques et la poussière de phosphate aident les champignons à s'étendre.
  11. Selon le compost que vous utilisez et les éléments nutritifs que vous lui ajoutés, vous pouvez faire des thés de compost aéré qui sont dominé par les champignons, dominés par les bactéries ou balancés.
  12. Les thés de compost aérés sont très sensibles au chlore et aux éléments de conservation dans l'eau de brassage et dans les ingrédients utilisés dans sa préparation.
  13. L'application d'engrais synthétique tue la plupart et parfois tous les microorganismes du réseau alimentaire vivant du sol.
  14. Évitez les engrais et amendements qui ont un nombre élevé de NPK.
  15. Si un  produit chimique est utilisé, suivez immédiatement sont utilisation par une application de thé de compost aéré pour limiter sont impact.
  16. La plupart des conifères ainsi que les arbres feuillus, dont le bouleau, le chêne, le hêtre et le caryer forment des mycorhizes avec des champignons sous forme d'ectomycorhizes.
  17. La plupart des légumes, des annuelles, des vivaces, des graminées, des arbustes et certains conifères forment des mycorhizes sous forme d'endomycorhizes.
  18. L'utilisation d'un motoculteur et le retournement du sol excessif détruisent ou endommagent gravement le réseau alimentaire du sol.
  19. Ajouter des endomycorhizes aux graines d'annuelles et de légumes au moment du semis ou en appliquer aux racines au moment de la transplantation sauf aux familles auquel cela n'est d'aucun bénéfice telles les Brassicacées et les Chénopodiacées.
Cliquez sur l'image pour la voir en grand.

 
En bonus, une excellent vidéo pour mieux comprendre et reconstruire les sols!.

5 commentaires:

Francis Naud Véronneau a dit…

As-tu une explication pour cette affirmation : Le paillis posé sur la surface a tendance à soutenir les champignons et le paillis enfoui dans le sol a tendance à soutenir les bactéries. Cela a-t-il un lien avec la quantité d'oxygène disponible?

Francis Naud Véronneau a dit…

En quoi cela est-il utile (dans le sens de l'aboutissement pratique de la chose) de savoir si les champignons sont endo ou ecto ? Ou plutôt, comment peut-on propager l'un ou l'autre de ces types de champignons dans notre fertilisant/amandement?

Wen Rolland a dit…

Merci pour tes questions Francis. Pour ce qui est du principe 7, c'est surtout à cause des capacités de mobilité des bactéries qui est grandement augmentée dans le sol ou il y a plus d'eau ainsi que de la surface disponible sur le paillis pour se développer. Au-dessus du sol, il y a une très petite surface du paillis en contact avec le sol et c'est souvent plus sec que dans le sol, ce qui est parfait pour le développement des champignons. Il y a aussi beaucoup plus de chance d'y avoir une soif d'azote lorsque le paillis est enfoui pour ces mêmes raisons.

Wen Rolland a dit…

Pour ta deuxième question, c'est plus une question de savoir quelles associations se font et de mieux connaitre nos alliés et leur particularité. Par exemple, un grand nombre des champignons que nous consommons sont des ectomycorhizes qui se forme avec seulement à 5% des plantes vasculaires, en majorité des arbres des forêts tempérées et boréales. Je te suggère de lire l'excellent article sur Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Mycorhize

Caroline Dufour a dit…

et les champignons travaillent en conditions aérobiques, donc à la surface du sol et pas en conditions d'humidité trop élevée... :)
Je dirais aussi que c'est utile de connaître les types d'associations (donc types de mycorhizes) car si tu veux inoculer ton sol (tes végétaux) aussi bien savoir où aller chercher l'inoculum.

Merci pour cette traduction fort intéressante Wen!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...