dimanche 15 janvier 2012

Projet Jean Pain - Version 2

Pour une deuxième année, nous avons fait un tas Jean Pain afin d'avoir de l'eau chaude pour nos opérations au jardin collectif. Le matériel utilisé cette année, des résidus d'émondage fournit par la ville, était différent et ne contenais pas de feuilles déchiquetés. Le tas as donc moins chauffé mais le résultat est tout de même satisfaisant. Pour plus d'info sur le processus de montage du tas et d'autres détails, regardez le vidéo du projet Jean Pain #1 en 2010 : http://www.youtube.com/watch?v=qSIMqWCTS1Q

 

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Je pense que c'est possible de bâtir un tel "calorifère compost" pour une utilisation interne comme. Du moins selon les écrits de Jean Pain et d'une étude proposer par l'université de waterloo(ontario), il semble possible d'obtenir un chauffement constant et assez puissant pour maintenir une température dans une serre d'au minimum 6 pied par 12 pied. Ça, c'est sans compté la possibilité d'accumuler par la masse thermique les chaleurs de l'été. Penses tu qu'une serre avec fenêtres orientées au sud, avec un toit vert et le mur du nord enfouie sous une masse thermique en plus de ce système suffirait à maintenir une température assez clémente pour la pousse voir même la floraison des plantes?

Wen Rolland a dit…

Salut. Je ne sais pas si sans aucun chauffage, tu pourrais faire fleurir des tomates au climat du Québec... On peut certainement faire pousser tout plein de verdure. Si le tas est à l'intérieur de la serre et qu'il est partie en été pour être très actif à l'automne, c'est un bon début. Connais-tu le principe des Bioshelters? On y utilise des tas de compost et de la masse thermique sous forme de bassins d'aquaculture pour contrôler la température. On peut aussi y retrouver de l'accumulation de chaleur dans le sol pendant le jour qui est relâche pendant la nuit. En y ajoutant de rideau thermique empêchant de perdre la chaleur la nuit... Il faudrait certainement une combinaisons très efficace de différentes technique et stratégie pour y arrivé dans notre région du Québec. Notre plus gros problème c'est la variation extrêmes des températures externes. Si c'est de la verdure (laitue, choux, épinards,...) assez résistantes au gel, pas de probs.

Anonyme a dit…

J'avais penser faire une serre isoler dans une coline et recouverte de masse thermique à la "earthship" (www.earthship.com) puis chauffé avec un tas de composte. Qu'en dis-tu. Il est vrai que la durée d'exposition au soleil sera faible...

As-tu la température au milieu de ton tas de composte actuellement en plein janvier? Ça serait très interressant!

Wen Rolland a dit…

Le soleil est toujours l'élément le plus important pour le chauffage et la croissance des plantes. Bonne idée la structure de type earthship. Il me faudrait un long thermomètre... Ou que je creuse dans mon tas, ce qui mettrai en jeu son intégrité... Je vais essayer de penser à quelque chose pour l'année prochaine et tester l'eau aussitôt que possible au printemps en 2012.

Anonyme a dit…

génial on s'en reparle

julie a dit…

une idée comme ça: incorporer le marc de café (après utilisation). En grosse quantité, demander à des cafés locaux. mélangé aux copeaux de bois?

le marc de café augmente drastiquement la chaleur d'un tas de compost... par contre, je n'ai aucune idée de la durée. peut-être que ça ne dure pas. ou peut-être que c'est assez pour monter la température assez haut, qu'ensuite elle se maintient?

Wen Rolland a dit…

C'est une très bonne idée Julie! Le mark de café est plein d'azote et stimulerait surement beaucoup la génération de chaleur. Dans le cas de mon type de tas, il ne faudrait pas en mettre trop à la fois afin de faire durer la chaleur mais, dans le cas d'un tas qui doit chauffer rapidement (pour des douches nombresue par jour par exemple), il pourrait formé presque 50% du tas.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...